Du nouveau chez Or des Soucis

Chez Or des Soucis, nous sommes attachés à la biodiversité, à l’authenticité et au terroir. C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons donc que vous pouvez dès maintenant admirer chez nous les lapins gris de Touraine !

Cette race locale qui avait disparu a été retrouvée et ré homologuée en 2013 par le Club Français du Lapin Gris de Touraine

Moustique, Mirabelle et Polska attendent donc vos visites pour vous montrer leur belle robe grise et leurs magnifiques yeux bleus dans leur nouveau parc de 600 m².

A bientôt !

5 questions à Aurore, naturopathe animalier

Aujourd’hui, nous avons posé 5 questions à Aurore qui soigne les animaux avec des plantes (entre autres) : https://www.naturopathe-animalier.com/

 

Bonjour Aurore, parle nous de toi et de ton activité.

Et bien je suis naturopathe pour animaux de compagnie. Je soigne les maladies variées hors urgences vétérinaires. J’ai appris cette spécialité en passant un certificat qualifiant car soigner les animaux avec de l’homéopathie ou des plantes médicinales demande une vraie compétence. J’ai aussi la particularité de faire des consultations par téléphone pour trois raisons. D’une part, nous sommes peu de professionnels dans ce domaine en France et la demande est nationale. J’ai parfois des contacts avec la Martinique ou le Canada. La deuxièmes raison est écologique, pourquoi se déplacer alors qu’on peut faire une vraie consultation à partir du moment où le questionnaire est béton et que je prends au moins 45 minutes par personne. Troisième raison plus personnelle, j’ai un handicap qui m’oblige à limiter mes déplacements. Je fais quand même quelques consultations à domicile surtout les chevaux qui me passionnent particulièrement.

On peut aussi rajouter que déplacer les animaux n’est pas toujours aisé et que cela peut parfois gravement atteindre leur bien être.

Quels sont les chemins qui t’ont menés à cette activité ?

Une passion pour les animaux avant tout. J’ai des chiens, des chats et une jument de 34 ans !! J’ai aussi eu « ras le bol » de voir des gens revenir ruinés par les vétérinaires (que je respecte beaucoup malgré tout). On peut soigner tellement de choses avec les plantes ou l’alimentation et à des prix très raisonnables. Point important, c’est que les soins naturels demandent des rendez-vous assez long environs 45 min à une heure et que le suivi doit être rigoureux.

Et enfin une passion pour les plantes médicinales. Je suis une inconditionnelle et jean marie PELT et de son lien entre pharmacologie et plantes.

Quels bienfaits pourront trouver les personnes venant te voir ?

Je pense que c’est l’écoute globale que je leur apporte tant sur la maladie de l’animal qu’à leur vie commune et les liens forts entre eux. Maîtres et animaux forment de vraies familles pleines d’espoir de deuil et de petits bobos. Ils viennent aussi car les résultats sont parfois étonnants et sans effets secondaires graves.

Comment se passe une rencontre avec toi ?

Je commence par voir si la maladie dépend ou non d’un vétérinaire pour ne pas faire prendre de risques à l’animal. Si les médecines douces sont applicables, je demande des photos si la consultation est par téléphone.

Ensuite j’utilise un questionnaire très très complet pour évaluer la situation et évacuer les risques de contre indications médicales. Souvent nous abordons la vie des gens ou leur histoire avec leur animal. Le mode de vie, les conditions d’arrivé du chien ou chat en famille, les interactions de celui-ci avec les autres animaux de la maison etc… après la consultation je travaille seule pour préparer une prescription spécifique au poids, race et antécédents médicaux de l’animal. Puis j’envoie la prescription dans les 24h maximum.

Tu as du rab’ ? (autre chose à ajouter ?)

Je suis aussi attentive sur ma page facebook à mettre en garde les propriétaires d’animaux face aux blogs non sérieux du net. Beaucoup de blogueurs font des publications sans formations et certains produits peuvent avoir des effets secondaires graves pour nos animaux de compagnie. Abus d’argent colloïdale dangereux pour les reins, huiles essentielles toxiques pour le foie des chats etc… De plus, je ne dépends d’aucuns labos ou entreprises pour pouvoir conseiller mes clients en toute Liberté.

Lexique des volailles de fêtes

Un petit lexique rapide histoire de savoir ce qu’on mange :

La base :

s’il n’est pas inscrit « en plein air », la bête a été élevée toute sa vie dans un hangar. Les industriels vantent le grand espace de ces lieux d’élevage (plusieurs milliers de m²) en oubliant la densité d’élevage : de 20 à 42 kg de poids vif au m², c’est à dire jusqu’à 20 poulets par exemple. Imaginez 200 poulets dans votre chambre de 10 m² et arrêtez de vous plaindre dans le métro aux heures de pointe !

Le chapon :

Produit phare de noël, le chapon est un coq castré. Bon, même pour nous autres mâles, ça nous choque pas trop. Une question : avez-vous vu des petits bouboules pendre à l’arrière des coqs ? Ben non, les testicules sont dans le thorax, près des reins. Donc on prend le jeune coq, on ouvre entre deux côtes sous les ailes, on coupe les testicules et on recoud. Pas de panique, le budget anesthésie est raisonnable. Il est même inexistant, des bouchons anti-bruit suffisent. La couleur blanche de la chair ? Il suffit d’enfermer la bête dans le noir plusieurs jours avant abattage, dans un petit espace pour qu’il engraisse.

La poularde :

Ben c’est la même ! C’est une poule castrée pour ne pas pondre …

La dinde :

Si elle n’est pas de plein air, c’est qu’elle a passé sa vie à attendre la mort dans un hangar. A savoir : certaines variété sont tellement obèses (celle pour faire les fameuses escalopes de dinde si bonne pour les régimes) qu’il faut masturber les dindons mâles pour inséminer les femelles pour la reproduction vu qu’il est incapable de monter sur sa dinde. Personnellement, j’aurais adoré voir la tête de monsieur l’ambassadeur qui me demanderait mon métier en me tendant des chocolats enveloppées d’or que je suis « branleur de dindon ».

Je ne reviens pas sur le gavage des canards et oies et tout le reste.

Mon but n’est pas de vous dégoûter de la viande mais de faire prendre conscience que derrière ce plaisir de fin d’année, il y a une vie de souffrance pour un animal sensible. Alors, le moins qu’on puisse faire, c’est le manger « en conscience » et ne pas gâcher !

Belle fêtes à tous.

PS : la photo est celle d’un élevage touché par une maladie, c’est pas comme cela dans tous mais c’est fréquent …