Les feuilles mortes se ramassent à la pelle …

NON, NON ET NON ! On ne ramasse pas les feuilles mortes ! Et pourquoi donc ? Permettez moi de répondre à cette question par une autre question :
Elle est comment la nature ? Hein, elle est comment ? BIEN FAITE !!! Elle est bien faite !!!
Alors, on arrête de penser que les arbres, et tous les végétaux d’une manière plus générale, sont des objets organiques qui subissent leur vie et on fait un effort pour comprendre que si les arbres perdent leur feuille en hiver, c’est pour une bonne raison (que je ne détaillerai pas ici) et que si elles tombent à leur pied c’est également pour de bonnes raisons !
D’abord, le tapis de feuille protège les racines et la microfaune (équivalent de notre flore intestinale) qui vit au pied de l’arbre du froid. Certes, sans feuille au pied, l’arbre ne meurt pas de froid mais passer une heure à poil dehors par -5° ne nous tue pas non plus : tu veux essayer ???
Ensuite, le paillage de feuille conserve l’humidité au pied de l’arbre quand le froid assèche la terre.
Enfin, les feuille, en se décomposant, vont nourrir l’arbre. Quoi ? L’arbre se nourrit de ses propres tissus ? Et oui, et que celui qui n’a jamais mangé une rognure d’ongle, un bout de peau ou quoique ce soit d’autre venant de son propre corps, JE VEUX PAS SAVOIR QUOI, lui jette la première pierre !!! Enlever les feuilles mortes appauvrit considérablement le sol et prive l’arbre d’une grande quantité de nourriture !

Oui mais les feuilles mortes c’est moche. Ok, alors tu as deux solutions : soit tu ramasses les feuilles et crames du pétrole pour les apporter à la déchetterie et au retour tu dépenses un bout de ton maigre salaire pour acheter de la bâche (pétrole) et de l’engrais (pétrole aussi) afin d’avoir un jardin “propre” sans que tes arbres en souffrent, soit tu arraches toute cette chienlit, tu bétonnes tout et met des arbres en plastique pour avoir un jardin tout beau tout propre ! Au passage, tu ramasseras tes mégots et tes canettes de coca du coup …

Pour plus d’informations (ou ceux qui ne savent pas lire), vous pouvez retrouver un excellent article sur ce sujet en podcast sur France Bleue Touraine (débrouillez-vous !).

Les 6 ans d’Hanaé

Samedi 23 mars, nous avons fêté l’anniversaire d’une jeune adhérente de la première heure.

Pour l’occasion, elle a voulu partager ce moment avec ses amis chez Or des Soucis. Nous sommes partis à la découverte des petits animaux où nos petit fermiers du jour ont pu réaliser diverses missions : préparer la nourriture, pailler, cajoler mais également en apprendre plus sur la reproduction des lapins.

Après autant de découverte, nous nous sommes posés pour offrir les présents à Hanaé. Les idées de moments à partager en familles ont fusé : une sortie en bateau sur la Loire, une sorite au cinéma avec une copine, une journée chez Family Parc et un atelier au choix chez Or des Soucis.

Après l’effort le réconfort autour d’un gâteau aux noisettes et une mousse au chocolat…

weh_2541

Un bel anniversaire pour Hanaé et ses amis.

Du nouveau chez Or des Soucis

Chez Or des Soucis, nous sommes attachés à la biodiversité, à l’authenticité et au terroir. C’est avec grand plaisir que nous vous annonçons donc que vous pouvez dès maintenant admirer chez nous les lapins gris de Touraine !

Cette race locale qui avait disparu a été retrouvée et ré homologuée en 2013 par le Club Français du Lapin Gris de Touraine

Moustique, Mirabelle et Polska attendent donc vos visites pour vous montrer leur belle robe grise et leurs magnifiques yeux bleus dans leur nouveau parc de 600 m².

A bientôt !

La mycorhize

Quand j’étais petit, je ne connaissais que deux sortes de champignons : les entiers et les en lamelles. Ils poussaient en boîte au supermarché et finissaient dans le plat du dimanche midi. Mon « monde des champignons » était d’une médiocrité affligeante.

Quand j’ai été un peu plus grand, j’ai appris que les champignons poussaient dans la forêt, qu’ils avaient des formes et des goûts différents et qu’ils pouvaient même tuer : quel prodige ! Mon « monde des champignons » avait connu une évolution incroyable !

Et pourtant, ce n’était rien comparé à ce que je vais vous révéler !

Déjà, réduire le « monde des champignons » à ce qu’on en mange (ou fait manger à sa belle-mère), c’est comme réduire le « monde des arbres » aux fruits qu’on trouve au super marché : c’est un minuscule fragment de la partie émergée de l’iceberg.

Ensuite, cette partie cachée du « monde des champignon », le mycélium, va donner naissance à la véritable magie des champignons : la mycorhize.

Une mycorhize (du grec myco, « champignon » et rhiza, « racine », terme introduit en 1885 par le botaniste Albert Bernhard Frank) est le résultat de l’association symbiotique, appelée mycorhization, entre des champignons et les racines des plantes. La mycorhize est une composante majeure de l’édaphon.

Bon, dis comme ça, la définition de Wikipédia semble quand même bien compliquée !

Alors, pour faire simple, y’a la partie souterraine du « monde des champignons » et y’a des plantes avec des racines. Ces deux êtres vivants issus d’ordres différents discutent et négocient un accord : Moi, plante, je te nourris avec du glucose que je produis (voir la photosynthèse) et moi, champignon, je mets à ta disposition mon réseau de filaments pour rallonger tes racines et t’apporter de l’eau, de l’engrais et les minéraux dont tu as besoin. Simple non ? Moi, ça me fait rêver une telle coopération.

Des points importants :

  • Mycorhize désigne l’association et non le champignon
  • La mycorhize n’est pas toujours équilibrée : selon la saison ou le stade de développement de la plante, l’un ou l’autre profite plus de cette association.
  • La mycorhize favorise les échanges entre toutes les formes de vies du sol pour former un « wood wide web », une sorte d’internet organique.
  • Les apports et effets de la mycorhize vont bien plus loin qu’un échange matière première contre nourriture : elle agit également sur la protection contre les ravageurs et champignons néfastes et sur le recyclage des déchets, entres autres.

Bien sûr, l’homme a un impact sur la mycorhize en retournant le sol, épandant des fongicides et déséquilibrant le sol avec les engrais, en particulier les phosphates.

J’espère que cet article vous aura éclairé sur les mycorhizes et vous donnera envie de mieux connaître la terre qui nous nourris tous.

Un mystérieux visiteur …

Tout commença un beau matin d’été : le soleil faisait étinceler les dernières gouttes de rosée sur les haies tandis que les oiseaux se dérouillaient les ailes dans la fraicheur des premiers rayons solaires. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Pourtant, dans la véranda, on sentait une grande tension. Les chats râlaient à la porte comme s’ils avaient faim alors que la gamelle de croquettes était pleine. Il y avait quelque chose dans l’air, quelque chose de bizarre.

Ce n’est qu’un peu plus tard que nous avons compris … la sacrée véranda avait été souillée ! Le profanateur s’était même permis de maculer les couches des félins de ses excréments. Ce geste allait le trahir.

Une equipe d’investigation se mit rapidement en place : analyse des étrons (taille, forme, texture, odeur, goût), établissement d’une liste de suspect, mise en place d’une stratégie.

Rapidement, une surveillance est organisée : l’appareil photo mitraillera toute la nuit. Résultat : rien ! Des kilomètres de pellicules gâchées !

Rebelotte la nuit suivante : le flash est remplacé par des veilleuses. Là encore, choux blanc.

Alors on arrête et on observe … Pourquoi vient-il parfois et d’autres pas ? La véranda !!! Les chats y entrent par une trappe aménagée mais l’intrus ne vient que quand elle reste entrouverte. On fait des essais : c’est ça ! On peut recommencer la traque photo …

Et …

20h43 : Bon, là, c’est Mamoue, c’est normal. 

https://drive.google.com/open?id=1x4f_Tps1RqoR-KlJY7Co4bwYGWyAvTot

20h49 : Là ! Là, y’a une forme, non ?

https://drive.google.com/open?id=1NS67_5Ox4C7kJGMyPTAClY44GzcBeE13 

https://drive.google.com/open?id=16jmXLoZxRDIWlbXDJ18MlJ0k_PgqE9xz

Oui, IL était venu … il y a passé la nuit.

23h16 : Il déplace même la gamelle !

https://drive.google.com/open?id=1DNoMgcZJS2r4BuGMvBpdtMAsi9JKCNRL

https://drive.google.com/open?id=1vTjtTvH0MHwezBcx34TFKha8d-GeP11s

2h16 : Au nez et à la barbe de Rouckie !!!

https://drive.google.com/open?id=1lzPYh3IalHycwyL-xMSG5BwxpIJR-eSd

Il n’est parti qu’au petit jour.

Alors, une idée sur l’identité de l’intru ? On a eu de la chance, à un moment la lumière a été allumée et on l’a chopé en flag !!!

https://drive.google.com/open?id=1LpmV0UpoL47o6lEorpI7zyxftdw617MA

https://drive.google.com/open?id=1EKi4i7F7eidPn17Jt2_CNfngDIhYKdvr

Et oui, c’était lui “Riri”. Du coup, on a apporté sa cabane devant la maison, on lui met quelques croquettes et surtout on essaye de penser à fermer la véranda chaque soir !!!

Exploration photographique

Venez parcourir notre ferme pour faire des photos sur le thème « papillons, fleurs et oiseaux si j’ai des réflexes » avec des conseils pour tirer la quintessence de son appareil dont « je devrais lire la notice mais oh là là elle est longue alors je mets sur auto même si je trouve bizarre que le flash se déclenche en plein soleil ». Testez la macro et la proxi, avec vos téléobjectifs et objectifs macro ou … votre compact. Cette sortie est pour tous les appareils (même les smartphone).

Cet atelier est réservé aux  adultes et aux enfants à partir de 7 ans,

Les sujets abordés sont : comprendre les notions d’ouverture, vitesse, iso, mesure de la lumière, mise au point, balance des blancs, utilisation du flash et bien sûr cadrage durant 1 heure de mise en pratique.

Tarif :12 € par personne (1 appareil = 1 personne même si c’est maman et son grand fils) , 5 personnes par session maximum.

Je peux vous prêter un reflex semi-pro et d’un bridge si besoin. .

Réservations obligatoire : ordessoucis@gmail.fr

Renseignements : 06 72 89 07 06 et https://ordessoucis.wordpress.com/nous-rendre-visite/

Autre date possible sur demande.

La photosynthèse

Le glucose : à la fois carburant du cerveau et des muscles, brique de base des molécules complexes qui participent à la structure des tissus et source de plaisir, il est une molécule indispensable à notre vie.

Pourquoi parler du glucose dans un article sur la photosynthèse ? Parce que si nous sommes capables de le stocker en le transformant (dans ces si mignons petits bourrelets), nous sommes incapables de le produire et devons le trouver dans notre alimentation.

Et où est fabriqué ce glucose ? Qui a dit « dans les usines Haribo » ??? Non, dans la nature, le glucose est créé par les plantes, qui s’en servent elles aussi pour fonctionner mais également pour attirer les animaux dispersant leurs graines (c’est pour ça que les fruits sont sucrés) et négocier avec des bactéries ou des champignons.

S’il est important de rappeler à quoi sert le glucose, c’est que sa fabrication par les plantes est réellement extraordinaire ! En effet, grâce à l’énergie solaire exploitée par la chlorophylle, la plante va fabriquer cette molécule indispensable :  C6H12O6. Pour cela, il lui faut de l’eau, H2O pour la « fin » de la molécule : elle la trouve dans le sol. Pour le CO2, elle le trouve dans l’air (0,04% de l’air est du CO2). Donc avec du soleil, l’eau du sol et ce satané CO2, la plante fabrique du glucose. Magique non ? Et cerise sur le gâteau, si on équilibre l’équation (souvenez vous de vos cours de chimie organique), on obtient : 6 H2O + 6 CO2 => C6H12O6 + 6 O2 ! Eh oui, en fabriquant du sucre, la plante génère du dioxygène qui, finalement, est un « déchet » dans cette élaboration !

Alors, c’est-y pas génial la photosynthèse ???

La …

Bonjour à toutes et tous.

J’inaugure ma série d’articles de vulgarisation des miracles de la nature … Bon, vulgarisation ne veut pas dire qu’il va y avoir des p%@#* de m&N§œ toutes les lignes, hein, juste que je vais essayer de rendre simple certaines merveilles du vivant parfois un peu compliquées. Bref, comme j’allais vous le dire, je vais commencer la série par … bon, quand je dis série, c’est parce que j’espère pouvoir en écrire régulièrement. J’aimerais vous éclairer sur les mycorhizes, l’utilisation de l’azote par les fabacées, la transformation des batraciens, le cycle digestif des gallinacés (et anatidés, ne soyons pas sectaires), et donc aussi, pour ce premier article, de … juste un aparté pour préciser, vu que j’ai utilisé le terme sectaire dans la parenthèse précédente, que le sectarisme est aux antipodes de nos valeurs. Cependant, vous comprendrez que nous ne traiterons pas des bienfaits pour la santé de certains sodas, de la qualité gastronomique de chaines de restaurants américains ou de la façon dont la pâte à tartiner sauve les oran outangs. Où en étais-je ? Ah oui, je voulais vous faire un court article sur … d’ailleurs, comme je veux faire court pour que ce soit rapide à lire et que le temps file, ce sera pour la prochaine fois !

A bientôt, belle journée et portez-vous bien !