Mousse au chocolat sans œufs

Ingrédients :

  • 200g de chocolat noir
  • 1 pincée de sel
  • 100g de sucre
  • 10cl de crème fraîche liquide (ou lait végétal)
  • le jus d’une boite de pois chiches (jus de cuisson)

Préparation :

  1. Pesez le chocolat en pistole dans un saladier et ajoutez la crème fraîche. Faites fondre le tout au bain marie.
  2. Quand le mélange est fondu, retirez-le du feu pour que ça refroidisse.
  3. Dans un autre saladier, fouettez énergiquement le jus de pois chiche (à la main ou au batteur électrique). Ajoutez le sucre petit à petit tout en continuant de mélanger. Le mélange doit être brillant.
  4. Ajoutez le chocolat et mélangez délicatement avec une spatule.
  5. La verser dans un grand saladier ou dans des verrines individuelles.
  6. Réservez au réfrigérateur pendant 4 heures (voire la nuit) avant dégustation.

Conseil :

Évitez de manger tout le saladier d’un coup !

Crinkles

Ingrédients pour environ 30 crinkles:

  • 200g de chocolat
  • 50g de beurre demi sel
  • 50g de sucre roux
  • 2 œufs
  • 180g de farine
  • 1 cuillère à café de bicarbonate de soude
  • sucre glace

Préparations :

  1. Dans un saladier en inox, pesez le chocolat et le beurre. Faite fondre le tout au bain marie (à défaut au micro onde).
  2. Dans un saladier, mélangez les œufs et le sucre au batteur électrique jusqu’à obtenir un mélange mousseux.
  3. Ajoutez le mélange de chocolat fondu puis fouettez de nouveau.
  4. Enfin ajoutez la farine et le bicarbonate. Mélangez à la spatule car le mélange devient dense et compact. Pas d’inquiétude c’est normal:).
  5. Réservez au réfrigérateur pendant 1h pour que la pâte durcisse.
  6. Préchauffer le four à 170° (thermostat 6).
  7. Formez des boules de pâte que vous roulez dans le sucre glace. Puis les déposez sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
  8. Enfournez environ 12 minutes. Les biscuits vont craqueler. A la sortie du four ils paraissent mou. La croûte va durcir en refroidissant.

Conseils :

Lors de la dégustation, ils seront croustillant à l’extérieur et moelleux à l’intérieur. Conservez vos cookies dans une boite hermétique si tout n’est pas dévoré d’un coup… Bonne régalade !!

 

 

Le sucre glace : pourquoi acheter alors que l’on peut faire ?

Pour certaines douceurs sucrées, nous avons besoin de sucre glace. En supermarché, vous allez pouvoir en acheter conditionné en général en 500g. On en utilise 1/3 voir la moitié du pot puis ça reste des années au fond du placard.

Cette denrée n’est pas périssable mais malgré l’ajout d’amidon elle va être sensible à l’humidité. De plus son coût est délirant !! Vous pourrez le trouver de 2,58€ le kilo, lors qu’il est fabriqué avec du sucre blanc raffiné qui lui coûte environ 1 € le kilo (soit 2,5 fois plus cher) jusqu’à 11,15€ le kilo en bio alors que nous pouvons achetez le sucre roux bio en vrac à environ 2,55€ le kilo (soit 4,3 fois plus cher). Et pourquoi ne pas jouer sur l’effet mode du « commerce équitable » en le vendant à 26€ le kilo…

En tout cas, nous ne nous posons plus la question de comment faire pour consommer du sucre glace face à des industriels qui abusent même sur de simples produits du quotidien.

Qu’est ce que le sucre glace ? C’est du sucre passé au robot mixer environ 10 à 15 secondes pour en faire une poudre. Plus besoin d’en acheter mais juste de le faire au moment ou vous en avez besoin.

Vous pouvez faire de même pour le sucre glace qui coûte aussi très cher !! Une gousse de vanille et du sucre dans le robot et le tour est joué. Vous obtenez du sucre glace vanillé que vous pouvez conserver dans un pot en verre.

Soupe aux orties

La recette rédigée et réalisée par Svetlana :

Scan recette

Ingrédients (pour 4 personnes) :

  • 5 poignées d’orties
  • 2 à 3 pommes de terre
  • 1 oignon
  • De l’huile d‘olive
  • De l’eau
  • Bouquet garni
  • De la crème fraîche pour les gourmands !!

Préparation :

  1. Récoltez des feuilles d’orties sans vous piquer bien sûr !! De préférence le matin et prendre les têtes afin d’avoir des feuilles jeunes et tendres.
  2.  Lavez-les soigneusement afin de retirer le pouvoir urticant.
  3. Préparer l’oignon : le peler et l’émincer puis le faire revenir dans un peu d’huile d’olive dans un fait tout.
  4. Préparez les pommes de terre : les éplucher et les couper en cube. Les ajoutez dans le fait tout.
  5. Ajoutez le bouquet garni et couvrez d’eau puis portez à ébullition. Laissez cuire afin que les pommes de terre soient fondantes.
  6. Ajouter les orties et les laissez fondre en cuisson douce (environ 8 à 10 minutes) afin de conserver le maximum de propriétés nutritives.
  7. Arrêtez la cuisson.
  8. Retirez le bouquet garni et mixez le tout. Salez et poivrez.
  9. Servez aussitôt. Chacun peut ajouter un peu de crème fraîche ou fromage frais à sa convenance.

Bonne dégustation…

J’me f’rais bien des lasagnes, moi !

Enfin, c’est surtout pour illustrer ce qu’implique d’être “en transition” vers une vie plus saine et pourquoi ça conduit à l’autonomie alimentaire.

Allons au magasin :

Donc, j’ai envie de manger des lasagnes. Comme j’ai pas le temps et que je suis un peu feignant, je me dis que je vais aller en acheter au supermarché. Après tout, de braves industriels de l’agro-alimentaire travaillent pour nous rendre la vie plus simple et plus belle en cuisinant pour nous avec amour des bons petits plats qu’il suffit de mettre au four.

Je prends une première barquette (Toupargel) et regarde la composition :

lasagnes maximo

Bon, déjà, le premier ingrédient c’est de l’eau alors que quand on fait des lasagnes, on en met pas : les joies de l’industrie alimentaire qui travaille avec des poudres réhydratées ! Bon, faisons abstraction.

Par contre, quand je lis “viande origine UE des 15”, avant, j’imaginais de jolies vachettes gambadant dans les montagnes allemandes aux côtés d’une Gretchen à couettes … Maintenant, je visualise de vieille pauvres vaches roumaines blindées d’antibiotiques et d’hormones abattues dans des conditions déplorable en fin de carrière, c’est à dire vers 5 ans, comme si on partait à la retraite à 20 ans, sauf que la retraite c’est l’abattoir, pour devenir du minerai de viande surgelé qui va passer d’entrepôts en entrepôts avant sa destination finale… Y’en a beaucoup mais c’est pas très appétant ! Au passage, viande bovine n’est pas synonyme de “steak haché de bœuf” : en effet, le steak haché est réglementé et, pour faire simple, doit être composé de viande alors que “viande bovine” peut inclure une grande quantité de tendons et autres cartilages broyés avec les restes de carcasse. Ajoutons qu’il n’y a aucune traçabilité sur le minerai de viande : impossible de savoir d’où viennent les bêtes !

Sinon, le reste, on sait pas d’où ça vient ni comment ça a été produit. En particulier, le concentré de tomate me dérange fortement : soit il vient de Chine et a parcouru des milliers de kilomètres, soit il vient d’Italie et a été produit par des esclaves. Non, le terme n’est pas trop fort, il y a des articles à ce sujet.

Le lait ne m’inquiète pas sanitairement car il a été décomposé en usine, plus de trace d’antibiotiques ni hormones hormis la tristesse des vaches laitières d’élevage intensif.

Le reste des ingrédients industriels (E471, E330, etc.) me plaît pas trop non plus.

Lasagnes Picard

Bon, ici (Picard), ça commence bien : le premier ingrédient n’est pas de l’eau mais … du lait réhydraté, c’est-à-dire de l’eau et du lait en poudre ! Les coquins !!!

Moins de viande mais elle vient de France. Est-ce un gage de qualité ? Je ne pense pas car il s’agit sans doute de minerai de viande issu de vache laitière de réforme donc là encore des animaux ayant eu une vie pas très plaisante et ayant reçu de nombreux traitements sanitaires. Il faut savoir qu’une vache “de compétition” produit environ 28 litres par jour contre 4 litres pour une vache de race à viande. Pour obtenir de telles performance, il faut maintenir et stimuler les vaches à coup d’antibiotiques, d’hormones, d’aliment concentré et d’ensilage, du maïs fermenté qui abîme le foie des vaches.

Bon point : les œufs issus de poule élevées en plein air. Pour le reste, trop de flou pour savoir si ce produit rempli mes attentes en termes éthiques et environnementaux. Suivant !

Lasagnes Findus

Bon, là (Findus), on est chez les rois de l’arnaque !

Premier ingrédient : Béchamel ! Ça donne envie, sauf que là encore, c’est de l’eau et de la poudre. Toujours les poules élevées en plein air et, oh surprise, de la viande race Charolaise origine France !!! Bon, ça reste du minerai de viande mais quand on est en procès pour avoir vendu des lasagnes au cheval, on soigne la traçabilité de sa viande. Du coup, y’en a beaucoup moins. Sinon, pas trop d’additifs mais c’est pas l’éclate pour autant, surtout, que comme pour toutes les autres, on ne sait pas combien il y a de sang sur les tomates (j’insiste, mais des gens meurent vraiment pour nous nourrir).

Lasagnes casino bio.jpg

Ici, plein d’astérisques : c’est du bio (Casino) ! Est-ce le Graal pour autant ? Ben non ! Déjà, on se dit : « Super, 27 % de viande, c’est gourmand !!! » sauf que c’est 27 % de 50,5 % de la sauce, donc moins de 14 %. Et ça reste du minerai, même s’il est bio. Après, c’est vraiment pas si pire mais elles coûtent un bras !

Les faire ?

Ben oui, les lasagnes, on les fait !!! Pour la recette, c’est simple, j’en ai trouvé une sur internet qui est excellente car réalisée dans un ordre logique et bien illustrée, elle est là : recette de lasagne 100% maison

C’est pas trop cher ?

Et bien non !

Dans ce tableau, les principaux ingrédients, à des tarifs d’achat en bio et en local, donc chers par rapport aux supermarchés :

Coûts matières premières

Ici, les coûts des transformations intermédiaires :

BéchamelPâte à lasagnes

Et là, le coût final et la comparaison avec les prix du commerce.

Coût lasagnes.pngPrix lasagnes.png

En plus, dans un grand plat, vous en faites 2kg ce qui permet d’en congeler la moitié pour une prochaine fois !

Alors, manger des lasagnes écologiques, éthiques et saines, c’est pas si cher, non ?

Gâteau au chocolat excellent mais indémoulable

Ingrédients :

  • 5 œufs
  • 75g de farine
  • 150g de sucre
  • 150g de beurre 1/2 sel
  • 10mL de crème fraîche
  • 300g de chocolat pâtissier

 

Préparation :

  1. Mettez votre four à préchauffer à 180° (thermostat 6).
  2. Au bain marie, mettez à fondre le chocolat, le beurre et la crème.
  3. Séparez les jaunes des blancs.
  4. Dans un saladier, montez les blancs et une pincée de sel en neige à l’aide un batteur électrique.
  5. Dans un autre saladier, pesez le sucre et la farine. Ajoutez les jaunes et mélangez le tout.
  6. Ajoutez le mélange chocolat, beurre et crème et mélangez de nouveau.
  7. Enfin incorporez délicatement les blancs en neige à la préparation.
  8. Versez la pâte dans un moule à manquer beurré et fariné.
  9. Enfournez environ 20 à 25 minutes selon votre four.

Conseils :

C’est une recette très facile à réaliser avec un enfant en bas âge.

Ce gâteau est excellent mais indémoulable donc déconseillé pour un anniversaire où il faut une belle présentation:)

Sablés à la farine de lentilles

Ingrédients pour environ 30 sablés:

  • 100g de lentilles ou de farine de lentilles
  • 50g de farine de blé
  • 80g beurre doux à température ambiante
  • 120g de sucre ou cassonade
  • 1 œuf

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 180° (thermostat 6).
  2. Si vous n’avez pas de farine de lentilles, vous pouvez mixer des lentilles sèches afin d’obtenir une farine qui sera un peu plus grossière.
  3. Dans un saladier, pesez les farines, le sucre, le beurre puis ajoutez l’oeuf.
  4. Malaxez le tout pendant environ 1 minutes. Vous obtenez une pâte légèrement collante.
  5. Sur la plaque du four huilée, déposez des petits tas de pâte à l’aide ‘une cuillère à café.
  6. Enfournez pendant environ 10 minutes (selon la grosseur des sablé). Quand vous sortez la plaque, vous avez la sensation que les sablés ne sont pas cuits. Attendre qu’ils refroidissent un peu afin de pouvoir les retirer de la plaque.

Conseil :

Conservez vos sablés dans une boite hermétique si tout n’est pas dévoré d’un coup… Bonne régalade !!

Galette des rois frangipane-crème pâtissière (recette de Cyril Lignac)

Ingrédients (pour 6 à 8 personnes):

Pour la crème pâtissière :

  • 2 œufs
  • 50g de sucre
  • 30g de farine
  • 25cl de lait

Pour la crème d’amande :

  • 3 jaunes d’œufs
  • 125g de poudre d’amandes
  • 100g de sucre
  • 125g de beurre doux pommade

Pour la galette :

  • 1 bouchon de rhum
  • 2 rouleaux de pâtes feuilletées pur beurre
  • 1 fève
  • 2 jaunes d’œufs pour la dorure

Préparation :

  1. Commencez par préparer la crème pâtissière : fouettez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez la farine puis mélangez. Dans une casserole, faites chauffer le lait puis versez le sur la préparation précédente. Mélangez et remettez le tout dans la casserole. Faites épaissir à feu doux en mélangeant sans cesse (cela prend 1 à 2 minutes). Filmez avec du film alimentaire. Il doit être au contact de la crème. Laissez refroidir environ une heure.
  2. Pour la crème d’amande, travaillez ensemble le beurre pommade et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez les jaunes d’œufs un à un puis la poudre d’amandes en mélangeant au fur et à mesure.
  3. Mélangez la crème pâtissière, la crème d’amandes et le rhum. Il y a possibilité de mettre le mélange dans une poche à douille. Pour ma part, je verse la crème avec une marise.
  4. Étalez une première pâte feuilletée sur la plaque du four. Déposez la crème au centre de la pâte et étalez-la jusqu’à 2 cm du bord. Insérez la fève dans la crème. Badigeonnez le bord de la pâte avec du jaune d’œuf. Puis déposez la seconde pâte en soudant les bords (ici à la fourchette). Dorez le dessus de la galette avec un pinceau et le jaune d’œuf. Dessinez un motif de votre choix avec la pointe d’un couteau. Placez la galette une heure au réfrigérateur.
  5. Préchauffez le four à 200°C (thermostat 7), enfournez pour 10 minutes puis baissez la température à 180°C (thermostat 6). Poursuivre la cuisson pendant 30 minutes.
  6. Sortez votre galette du four et laissez-la refroidir.

Conseil :

Préparez votre galette la veille, elle n’en sera que meilleure après une nuit de repos et un réchauffage pour la dégustation.

Cette recette est esculente (faute de frappe marquant mon hésitation entre excellente et succulente) si comme nous vous n’êtes pas fan de la galette frangipane classique…

Moelleux chocolat betterave

Ingrédients :

  • 250 à 300g de betterave cuite
  • 200g de chocolat pâtissier
  • 120g de beurre mou
  • 50g de farine ou maïzena
  • 100g de sucre
  • 3 œufs
  • 50g de poudre d’amandes
  • 40g de cacao en poudre
  • 1/2 cuillère de bicarbonate de sodium
  • 1 goutte de citron

Préparation :

  1. Mettez votre four à préchauffer à 180° (thermostat 6).
  2. Pensez à sortir le beurre du réfrigérateur pour qu’il soit mou,
  3. Si vous utilisez des betteraves crues, les faire cuire environ 15 à 20 minutes dans une casserole d’eau bouillante. Une fois cuites, les peler et les mixer en purée.
  4. Faites fondre le chocolat au bain marie.
  5. Dans un saladier, travaillez le beurre en pommade. Puis ajoutez les œufs et le chocolat et mélangez le tout afin que ce soit homogène.
  6. Ajoutez le sucre, la maïzena, la poudre d’amande puis mélangez le tout.
  7. Incorporez la purée de betteraves, la cacao, le bicarbonate et le citron. Mélangez de nouveau.
  8. Verser la pâte dans un moule à manquer préalablement beurré et fariné.
  9. Enfournez pendant environ 35 à 45 minutes (contrôlez la cuisson en insérant une lame de couteau qui doit ressortir sèche).
  10. Laissez refroidir avant de le démouler… puis régalez vous !!

Conseils :

Pour des betteraves crues, après le temps de cuisson, les passer sous l’eau froide pour faciliter le pelage.
Vous allez épatez vos convives avec ce moelleux !!

Happy Halloween!!

Pour Halloween, nous avons proposé 2 ateliers :

  • l’atelier créatif : nos petits monstres ont réalisé diveres décorations (fantôme, citrouille, araignée, chauve souris) en matériaux de récupération boites à œufs, rouleaux de papier toilette, assiettes en carton et bouchons de bouteille

 

  • l’atelier cuisine : pour l’occasion, nous avons préparé un apéritif monstrueusement délicieux (mini pizza araignée, os crackers, croq’ momie, sablé citrouille, trempette de crapaud et boisson sanglante)

     

    Un grand merci aux petits monstres et à leurs Supers Mamans qui ont assuré !! Nous avons passé des beaux moments de partage, d’échange et de rires … A bientôt pour de nouvelles aventures chez Or des Soucis

20181031_125807