Mousse au chocolat sans œufs

Ingrédients :

  • 200g de chocolat noir
  • 1 pincée de sel
  • 100g de sucre
  • 10cl de crème fraîche liquide (ou lait végétal)
  • le jus d’une boite de pois chiches (jus de cuisson)

Préparation :

  1. Pesez le chocolat en pistole dans un saladier et ajoutez la crème fraîche. Faites fondre le tout au bain marie.
  2. Quand le mélange est fondu, retirez-le du feu pour que ça refroidisse.
  3. Dans un autre saladier, fouettez énergiquement le jus de pois chiche (à la main ou au batteur électrique). Ajoutez le sucre petit à petit tout en continuant de mélanger. Le mélange doit être brillant.
  4. Ajoutez le chocolat et mélangez délicatement avec une spatule.
  5. La verser dans un grand saladier ou dans des verrines individuelles.
  6. Réservez au réfrigérateur pendant 4 heures (voire la nuit) avant dégustation.

Conseil :

Évitez de manger tout le saladier d’un coup !

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle …

NON, NON ET NON ! On ne ramasse pas les feuilles mortes ! Et pourquoi donc ? Permettez moi de répondre à cette question par une autre question :
Elle est comment la nature ? Hein, elle est comment ? BIEN FAITE !!! Elle est bien faite !!!
Alors, on arrête de penser que les arbres, et tous les végétaux d’une manière plus générale, sont des objets organiques qui subissent leur vie et on fait un effort pour comprendre que si les arbres perdent leur feuille en hiver, c’est pour une bonne raison (que je ne détaillerai pas ici) et que si elles tombent à leur pied c’est également pour de bonnes raisons !
D’abord, le tapis de feuille protège les racines et la microfaune (équivalent de notre flore intestinale) qui vit au pied de l’arbre du froid. Certes, sans feuille au pied, l’arbre ne meurt pas de froid mais passer une heure à poil dehors par -5° ne nous tue pas non plus : tu veux essayer ???
Ensuite, le paillage de feuille conserve l’humidité au pied de l’arbre quand le froid assèche la terre.
Enfin, les feuille, en se décomposant, vont nourrir l’arbre. Quoi ? L’arbre se nourrit de ses propres tissus ? Et oui, et que celui qui n’a jamais mangé une rognure d’ongle, un bout de peau ou quoique ce soit d’autre venant de son propre corps, JE VEUX PAS SAVOIR QUOI, lui jette la première pierre !!! Enlever les feuilles mortes appauvrit considérablement le sol et prive l’arbre d’une grande quantité de nourriture !

Oui mais les feuilles mortes c’est moche. Ok, alors tu as deux solutions : soit tu ramasses les feuilles et crames du pétrole pour les apporter à la déchetterie et au retour tu dépenses un bout de ton maigre salaire pour acheter de la bâche (pétrole) et de l’engrais (pétrole aussi) afin d’avoir un jardin “propre” sans que tes arbres en souffrent, soit tu arraches toute cette chienlit, tu bétonnes tout et met des arbres en plastique pour avoir un jardin tout beau tout propre ! Au passage, tu ramasseras tes mégots et tes canettes de coca du coup …

Pour plus d’informations (ou ceux qui ne savent pas lire), vous pouvez retrouver un excellent article sur ce sujet en podcast sur France Bleue Touraine (débrouillez-vous !).

Le sucre glace : pourquoi acheter alors que l’on peut faire ?

Pour certaines douceurs sucrées, nous avons besoin de sucre glace. En supermarché, vous allez pouvoir en acheter conditionné en général en 500g. On en utilise 1/3 voir la moitié du pot puis ça reste des années au fond du placard.

Cette denrée n’est pas périssable mais malgré l’ajout d’amidon elle va être sensible à l’humidité. De plus son coût est délirant !! Vous pourrez le trouver de 2,58€ le kilo, lors qu’il est fabriqué avec du sucre blanc raffiné qui lui coûte environ 1 € le kilo (soit 2,5 fois plus cher) jusqu’à 11,15€ le kilo en bio alors que nous pouvons achetez le sucre roux bio en vrac à environ 2,55€ le kilo (soit 4,3 fois plus cher). Et pourquoi ne pas jouer sur l’effet mode du « commerce équitable » en le vendant à 26€ le kilo…

En tout cas, nous ne nous posons plus la question de comment faire pour consommer du sucre glace face à des industriels qui abusent même sur de simples produits du quotidien.

Qu’est ce que le sucre glace ? C’est du sucre passé au robot mixer environ 10 à 15 secondes pour en faire une poudre. Plus besoin d’en acheter mais juste de le faire au moment ou vous en avez besoin.

Vous pouvez faire de même pour le sucre glace qui coûte aussi très cher !! Une gousse de vanille et du sucre dans le robot et le tour est joué. Vous obtenez du sucre glace vanillé que vous pouvez conserver dans un pot en verre.

Les 10 ans de Martin

Martin et sa famille sont tout comme notre famille en transition, c’est pourquoi l’idée de fêter ses 10 ans chez “Or des Soucis” l’avait enchanté. Pour l’occasion Martin avait choisi la construction d’une cabane à Osmies (abeilles solitaires premières pollinisatrice de mars à juin).

L’après midi a commencé par l’histoire de Rosie l’osmie qui explique comment elle vit dans nos jardins et pollinise les fleurs de cerisier.

20190202_174859

Ensuite nous avons commencé les différents ateliers :

La découpe des bambous et le perçage des bûches où Rosie pourra aller pondre ses œufs

 

La préparation de la boite de conserve et sa décoration

 

La plaque d’accueil en pyrogravure :

 

Et pendant que nous nous activons pour Rosie, Mamou, elle, se prélasse !!!

20190202_152834

Le montage des cabanes :

 

Après l’effort, le réconfort bien sûr autours d’un goûter fait maison : un gâteau au chocolat indémoulable mais excellent 🙂 (lien recette), un riz au lait au safran, un sirop de menthe maison et un jus de pomme (De chez Refour)

20190202_161657

Nous finissons la journée sur un temps de détente avec un coloriage pour nos “bricol’artistes en herbe” et la manipulation des phasmes adultes et les petits derniers nés récemment.

 

Un duo d’anniversaire

Aujourd’hui, Célia et Perrine sont venues fêter leurs anniversaires avec leurs copines à la ferme.

Pour l’occasion, elles sont parties à la découverte de nos animaux à travers un jeu de piste : à chaque animal, une mission à réaliser, comme par exemple pailler la case de Pinette, remplir la piscine des canards ou ramasser de l’herbe pour les cochons d’Inde. Quant aux plus téméraires, elles ont tenté leur chance au rodéo cochon (aucune blessée grave).

 

Nos « petites fermières » ont fort bien travaillé et ont mérité une goûter avec au menu un moelleux aux pommes accompagné d’une mousse au chocolat et de sirop de menthe et de sureau, le tout fait maison.

Nous avons également passé un excellent moment et étions heureux de voir, au fil des semaines, les efforts accomplis en matière de covoiturage et de recyclage du papier cadeau s’intensifier. Il y avait même un cadeau fait maison !

A bientôt pour d’autres anniversaires.

Changeons les règles !

Nous parlons régulièrement avec les gens que nous croisons de notre démarche « zéro déchet », il était temps que nous fassions un article relatant notre expérience dans le domaine.

Une des facettes les plus significatives de cette transition tout en étant la moins visible, c’est le remplacement des serviettes hygiéniques jetables par des serviettes lavables.

Comme Aurélie n’a pas le temps de vous raconter son expérience, je vais le faire pour elle, de mon point de vue de compagnon de l’utilisatrice.

Bon, pour commencer, elles sont plutôt sympa ces serviettes : colorées, douces au toucher, rien d’agressif ou de dérangeant pour un mâle de base.

Coté utilisation, après une période d’adaptation pour se faire au ressenti du tissu, moins rassurant que la matière chimique ultra optimisée (surtout en terme de marketing), l’adoption s’est faite rapidement.

Niveau « logistique », c’est assez simple. Il faut certes un stock de départ assez important nécessitant un petit investissement pécuniaire (de l’ordre de 6 à 8 serviettes) pour faire une rotation pendant la période concernée, mais ça n’a rien de fastidieux : trempage et lavage à la main dans l’eau froide puis séchage après chaque utilisation, lavage en machine en fin de période. Et hop, toujours ça de moins dans la mer !

De mon point de vue d’observateur privilégié, il n’y a donc aucun point négatif concernant l’utilisation de ces produits naturels.

Bon, par contre, ça n’améliore pas le caractère de l’utilisatrice !