Pourquoi des animaux ?

Dans le cadre de la mission de notre association, présenter des animaux d’élevage permet de montrer la sensibilité animale aux plus jeunes et leur faire prendre conscience que ce ne sont pas des peluches. Les différents animaux permettent également d’illustrer les différentes thématiques pédagogiques que nous pouvons proposer :

  • La classification
  • L’alimentation
  • La reproduction
  • La domestication et les conditions d’élevage

Nous nous attachons à n’avoir que des animaux présents dans les élevages afin de « mettre un visage » sur les viandes parmi les plus consommées.

Les cochons d’Inde :

Les champions de la médiation animale car malgré leurs abords craintifs, ils se calment rapidement et aiment le contact prolongé avec les humains. Chez nous, ils vivent dans des cabanes extérieures avec un parc de promenade et mangent essentiellement de l’herbe et des fruits l’été et du foin l’hiver. Les cochons d’Inde permettent également d’illustrer les différences de stratégies de reproduction des animaux.

Au fait, savez-vous d’où ils tirent leur nom ???

Les lapins :

Les lapins nains : Grâce à leur petit gabarit, ils complètent les cochons d’inde en médiation animale.

Les lapins de ferme : Ils peuvent participer à la médiation auprès des plus grands et sont élevés pour la consommation. Les femelles font 1 à 2 portées par an.

Les lapins gris de Touraine : ce sont des lapins de ferme mais de la race locale de Touraine. Leur élevage et la sélection fait l’objet d’une attention particulière pour contribuer au maintien de cette race locale.

 

Tous les lapins vivent dans des clapiers extérieurs et ont accès régulièrement à des parcs enherbés leur permettant de se dégourdir les pattes et creuser des trous et terriers. Ils sont nourris avec des céréales bio, de l’herbe et des fruits l’été et du foin l’hiver.

Les volailles :

Les poules Gélines de Touraine : Elles sont élevées à la fois pour leurs œufs et leur chair (“poule à deux fins”). Les reproducteurs vivent dans le verger avec les canards et les poules soies tandis que leurs descendants grandissent dans le “parc du Poirier”. Ils sont nourris avec un mélange de céréales bio produites dans un élevage local. Leur élevage et la sélection fait l’objet d’une attention particulière pour contribuer au maintien de cette race locale.

Les poules soies : Ces poules d’ornement ont des spécificités intéressantes et sont définitivement trop mignonnes pour nous priver de leur présence dans le verger avec les Gélines et les canards.

Les canards “coureur indien” : Ces canards d’ornement sont tout simplement un anxiolytique naturel ! Les observer nous remplit de joie et c’est déjà une bonne chose. De plus, les canes pondent plus de 200 délicieux œufs par an. Les canes barbaries pondent de même et, n’ayant pas de mâle, leur descendance hybride avec le mâle coureur indien (des “mulards”) sont délicieux à rôtir.

Gaston : Le plus gros de nos volatile est un rescapé d’élevage industriel. Il est rare de la voir dressé et « pastel » comme sur la photo car il se transforme dès qu’il a un public !

Les grands mammifères :

Les moutons « solognots » et les chèvres de race laitières tondent le milieu du champs et permettent d’aborder les stratégies de digestion des herbivores ainsi que les bons et mauvais côtés de l’élevage laitier pour les animaux.

Les cochons croisés « land-race » et « largewhite » arrivent chez nous au milieu du printemps et vont grandir dans un parc de 600 m² jusqu’à la fin de l’automne. Leur présence permet de faire un lien avec des produits alimentaires transformés courants (jambon, lardon, saucisson, etc.) et d’évoquer les conditions d’élevage industriel pratiqués sur des animaux aimant autant être en plein air (comme les poulets).

 

Les autres :

Des oiseaux (mésanges, rouge-queue, rouge-gorge, pinsons, pigeons, tourterelles, poules d’eau, pic vert, pic épeiche, moineaux, entres autres), des batraciens (grenouilles rieuses, crapauds communs, salamandres tachetées, tritons à crête), des insectes (des dizaines de pollinisateurs sauvages, des coléoptères, mantes religieuses, phasmes : nous en découvrons chaque saison), des arachnides par dizaines, des reptiles (lézards des murailles, orvets, vipères aspics, …) et même des mammifères (mulots, musaraignes, lapins de garenne, hérissons, chauves-souris…) : nous en croisons certains au quotidiens, d’autres une fois l’an, avec à chaque fois la même satisfaction du devoir accompli envers la nature !