Mon amie Osmie

Bonjour à toutes et tous,

Au jardin comme au verger, on cultive du végétal mais vous le savez sans doute, pour tout légume ou fruit obtenu à partir d’une fleur, il faut un pollinisateur ! Il s’agit d’un insecte qui en venant se nourrir du nectar des fleurs de vos pommiers, tomates ou fèves, va permettre aux gamètes mâles et femelles des plantes de se rencontrer.

Les plus connues sont bien sûr les abeilles domestiques, venant des ruches alentours. Cependant, bien qu’importantes, vous ne pouvez pas compter que sur ces dernières. En effet, elles arrivent tardivement et peuvent préférer les champs à votre petit jardin.

Par contre, il y a des pollinisateurs sauvages que l’on peut assez facilement fidéliser au jardin. Parmi ceux-ci, l’osmie.

L’osmie est une petite abeille sauvage solitaire qui a de nombreux avantages : elle est une des premières à venir se nourrir au jardin et elle est facile à faire nicher chez vous. En plus, elle est dénuée de toute agressivité !

Comment la garder au jardin ? L’osmie est une abeille qui niche dans des petits trous : dès qu’elle trouve une galerie qui fait entre 6 et 10 mm de diamètre, elle va y installer son nid. Vous pourrez alors l’observer y entrer tantôt en marche arrière pour pondre un œuf et en marche avant pour lui déposer de la nourriture et sceller la loge. Elle va ainsi laisser plusieurs futurs osmie mâles et femelles qui vont naitre, se transformer en nymphes puis en adultes et vont rester dans leurs petits nids tout l’hiver pour sortir au printemps suivant et venir polliniser votre jardin la saison prochaine.

Aussi, afin que la génération suivante survive et reste dans votre petit paradis, il faut deux choses : lui proposer des nids et de la nourriture.

Pour les nids, de simples buches percées ou des morceaux de bambous coupés feront l’affaire, que ce soit dans un hôtel à insectes ou en simple tas.

Pour la nourriture, il faut des fleurs précoces pour sustenter les jeunes adultes en attendant les premières cultures. Le mieux est d’observer quelles sont les premières fleurs proches de votre jardin. En ce qui nous concerne, nous avons laissé deux vieux cerisiers dont les fruits ne sont pas très bons mais qui fleurissent tôt en abondamment. Il peut aussi s’agir de « mauvaises herbes » comme le gaillet graton. A défaut, planter une zone fleurie trouvera tout son sens.

Bien sûr, en bonne abeille « sauvage », l’osmie se débrouille très bien toute seule. Mais elle est souvent victime des pesticides et appréciera fortement d’avoir un logis sain avec du nectar à volonté pour s’y installer.

Alors chouchoutez là et elle vous le rendra !

Ah, par contre, si vous n’en voyez pas par chez vous, pas de panique, il y a d’autres pollinisateurs sauvages qui pourront la remplacer ou la seconder …

A bientôt.